Jardin vertical à base de bouteilles (French)/ Vertical garden with bottle towers (L’Avenir / Martine DAUBREME)

Lu au :

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130326_00287572

Un jardin vertical à base de bouteilles

par

  • l’avenir
  • Michel DEMEESTER

LOUVAIN-LA-NEUVE – Martine Daubremé a créé un concept original de jardin vertical à base de bouteilles, qu’elle a présenté à la Maison du développement durable.

Dans le cadre de la Semaine sans pesticides, la Maison du développement durable de Louvain-la-Neuve organisait une série d’activités samedi dernier. Parmi celles-ci la découverte du jardin vertical à base de bouteilles, présenté par Martine Daubremé, comptable en entreprise depuis vingt-cinq ans mais aussi présidente d’Actions Vivres : «Nous développons des solutions alternatives face aux crises du climat. Nous travaillons également sur la sécurité alimentaire dans le monde», explique Martine Daubremé.

Depuis sa rencontre il y a cinq ans, avec Willem Van Cotthem, professeur en sciences botaniques de l’Université de Gand, Martine Daubremé travaille avec celui-ci : «Il est spécialisé en désertification. Il a travaillé dans le désert. Il a mis en place des solutions pour la culture dans des régions arides. Ces systèmes, nous les importons aujourd’hui chez nous pour permettre aux personnes de cultiver.»

Le jardin vertical, à base de bouteilles, permet de cultiver sur un balcon ou un appui de fenêtre, par exemple : «Les bouteilles sont empilées à l’envers les unes dans les autres. Elles sont remplies de terreau. Les bouchons sont enlevés, sauf sur la bouteille du haut et sur celle du bas. Deux trous sont réalisés dans le bouchon de la bouteille du haut. Cela permet un arrosage goutte à goutte de la terre située dans les bouteilles en dessous. Le bouchon de la bouteille du bas est maintenu mais les côtés évasés de la bouteille sont troués pour éviter que l’eau stagne dans le bas de la colonne. Un bac récolte l’éventuel excès d’eau sous la colonne. L’eau est ainsi récupérée», explique Martine Daubremé.

Les graines sont déposées dans la terre par les encoches réalisées sur les bords des bouteilles. C’est par ce biais que vont pousser les légumes : «Je récupère les graines des aliments. On peut tout faire pousser dans les bouteilles en plastique : des plantes aromatiques, de la salade, du céleri, des poireaux, des oignons, ou même des carottes.» Les feuilles impropres à la consommation sont replacées dans la terre pour en faire du compost.

La bouteille offre aussi l’avantage de maintenir la chaleur : «On placera préférentiellement la colonne à l’abri des caprices du climat, bien souvent au soleil.»

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.